Ma plus longue relation

Et bien figurez-vous qu’elle se déroule entre ma psychiatre et moi dites ! Deux ans que je la vois environ une ou deux fois par mois pour faire un état des lieux de mon mental, mais surtout pour le ranger un peu.

Parce que oui, il y a un peu plus de deux ans, avant notre rencontre, le mot « dépressif » a été ajouté dans mes cordes d’identification. A un point tel que « dépressif », je n’étais plus que ça. Je n’étais plus Jérémy, plus étudiant, plus fan de Muse, plus queer, plus rien à part dépressif.

Ma psy m’aura vu dans des états lamentables, à lui dire qu’après tout j’avais accepté mon sort et que c’était pas si mal, de ne pas vivre. J’imagine maintenant son désarroi en tant que professionnelle de santé face à des gens comme le moi d’avant. Comment a-t-elle pu prendre le fait que notre travail n’apportait au début pas grand-chose ? Je sais que c’est un long processus, mais si j’avais été à sa place, voir ce patient que j’ai été dans un tel état m’aurait fait me dire que c’est un cas perdu.

Mais non. Elle a réussi, nous avons réussi. Aujourd’hui, je suis félicité lorsque je me reprends en main et ose en parler avec fierté. Je ne l’ai plus vue depuis le mois de mai, et nous nous retrouverons le 17 juillet. Je serai dans un bien meilleur état que si j’avais été aux rendez-vous prévus, mais je compte bien évidemment m’excuser de n’avoir pu être présent. Car peut-être s’est-elle inquiétée d’une possible rechute. Et pour cela, je la rassurerai, comme je l’ai fait avec vous.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s