Plus fier que jamais

Je vous dois la vérité. Je voulais à la base rédiger un article sur ma journée, en me faisant passer pour un personnage fictif, pour que vous ne sachiez pas – même si je connais votre perspicacité 😘 – que j’en étais le héros.

Mais les événements tous récents me poussent à me dévoiler, comme je le fais depuis plus d’un an maintenant. J’ai retrouvé ce mercredi un amant/ami dont je n’avais plus de nouvelles depuis six mois, et nous nous sommes revus aujourd’hui. Et c’était magique. Le plus fou, ce que ça ne l’a pas été que pour moi, cette soirée fut flamboyante pour lui et moi.

La base de cette fin d’après-midi était une balade dans Paris. Les quais de Seine devaient être le centre de mon récit. En effet, nous nous sommes allongés côte à côte sur l’herbe, et notre proximité était pour moi troublante (je lui confierai plus tard mon envie de le prendre dans mes bras). Je rêvais d’être la brise qui caressait sa peau, son visage, ses lèvres. Nous rigolons, discutons, débattons. Puis vient vers les coups de 20h la Mutinerie, bar qu’il connaît et dont je lui ai vanté les mérites. Nous nous y rendons, et c’est là que tout se trouble.

Cet homme, il se sait aimé. Je lui ai déjà fait part de mes sentiments peu avant qu’il ne soit trop occupé et, de son propre aveu, ne prenne de mes nouvelles (ce dont il s’est excusé platement). Sentiments non partagés, mais qu’aujourd’hui je décrirais avec cette citation de Tove Lo dans Cool Girl : « No, let’s not put a label on it, let’s keep it fun ».

Pour les non-anglophones, ne qualifions cette relation ni d’amoureuse, ni d’amicale mais juste de deux personnes, qui aiment l’humain en face d’elles. Nous avons pu nous dire « Je t’aime », phrase ô combien redoutée, sans craindre de froid.

Plusieurs fois nos regards se croisent alors que nous buvons nos verres au milieu d’œuvres queer et féministes, et soudain nous nous embrassons. Une fois, deux fois, trois fois… Le bal commence, et mes talents de danseur sont mis à rude épreuve, qu’il faut croire réussie.

Nous étions alors assis à côté de deux jeunes femmes, qui elles aussi faisaient montre de leur relation. Après nos embrassades, je croise le regard de l’une des deux filles et lui sourit, comme pour lui affirmer que oui, nous pouvons être fier.e.s de qui nous sommes et aimons.

L’heure de rentrer approchant, celle de se séparer s’éloigne, nous restons collés l’un à l’autre assis en face d’un célèbre centre culturel près du bar. Déchirés par le fait de savoir que nous aurions pu dormir (je précise bien « dormir » 😏) chez lui, mais que cela est impossible par la présence de son colocataire, nous nous séparons.

Je note toutefois notre prudence dans cette ville où nous habitons. Tactile comme je suis, lui prendre la main, le caresser me paraissait naturel (prends ça la manif pour tous). Mais ici, nous craignions pour notre intégrité. Cependant, le sentir marcher près de moi suffisait, et j’ai encore du mal à vous dire que ce que j’écris n’est pas fictionnel.

Je vous embrasse, aimez-vous, vous êtes belles et beaux, et qu’importe ce qu’ils et elles disent, vous méritez tout l’amour du monde ❤️

2 réflexions au sujet de « Plus fier que jamais »

  1. Un article inspirant, bravo pour l’avoir écrit – et publié ! Il en faudrait plus, de ce genre de témoignage, montrer que les sentiments sont beaux peu importe qui ils touchent ~~
    Même si c’est également triste que tu sentes nécessaire de rester discrets, mais en tant que femme je sais bien ce que c’est d’adapter son comportement pour ne pas attirer l’attention…
    Belle continuation sans prise de tête à tous les deux !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire (je dirais même « tes commentaires ») tout aussi inspirants et qui me poussent à faire de l’honnêteté le ciment de ce lieu.
      Même si j’avais publié l’article initial, ça aurait parlé de sentiments, mais la démonstration de ces derniers lors de la soirée m’a donné envie de partager ce moment féerique.
      Et pour ce qui est de s’adapter à la société, je suis de ceux qui pensent que c’est à elle de changer. Je comprends néanmoins son désir de ne pas nous faire prendre de risques parce qu’on montre notre relation.
      Encore merci à toi, et cette société patriarcale et hétéronormée, on lui fera la peau ✊🏻

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s