“Easily the best I ever had” (39)

⚠️Ce récit fictif est à caractère érotique. Certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes, ce texte est donc interdit aux mineurs⚠️

Chapitre 39 : Libération

Les événements d’hier m’ont chamboulé. Julien a bien tenté de me détendre comme il en a le secret, mais même son talent de fieffé baiseur n’a pas réussi à me faire respirer.

La situation de ces mômes m’inquiétait au plus haut point. Clara le savait, le sentait, et c’est pour ça qu’elle a décidé de sortir du silence qu’elle s’était imposé.

[Clara]

Quand je vois les garçons en classe, c’est à peine s’ils osent regarder les profs dans les yeux. Lorsqu’ils sont interrogés, ils tremblent comme des feuilles en répétant qu’ils ne savent pas, alors que si, ils savent très bien. Ils passent le plus clair de leur temps à réviser au CDI. J’ai beau être leur seule amie, je ne m’interpose pratiquement jamais dans leurs moments à deux, c’est leur source de liberté. Mais un soir, alors que nous rentrions chez eux, j’ai osé posé la question. Celle que j’ai tue pendant des mois, sachant que mes pères le faisaient aussi. Je ne sais pas comment ils vont réagir, surtout Papacito (je m’inquiète moins de la réaction de Papouño, et oui, j’préfère les surnoms à « Papa 1 » ou « Papa 2 », mais sachez que Papacito est l’éduc spé).

Alors, battus ou pas mes potes ? Surprenamment, leur aveu est net. Oui, et ce depuis des années. Non, ils ne tombaient pas en se chahutant ou en jouant au foot. Leur mère abusait de sa position, tandis que le père passait son temps à se bourrer la gueule, tout en « aidant » parfois sa femme à rendre la scène plus grave encore. Alors je leur dis que Papacito peut les aider, j’ose même leur dévoiler qu’il farfouillait déjà dans leur passé de son côté au travail, pour chercher jugements ou plaintes contre les parents. Le ou la juge des enfants peut être saisi.e et mettre fin à leur calvaire.

« C’est avec toi qu’on veut vivre Clara, et tes pères aussi », se mirent-ils à pleurer. Mes parents rêvant de le devenir, pourraient adopter de nouveau ? Ou du moins pourrions-nous devenir leur famille d’accueil ? Il fallait que j’en parle, et vite. Exceptionnellement, les parents des frères acceptèrent qu’ils viennent dormir à la maison.

[Les parents]

Ce soir, nous vîmes entrer trois ados en crise. Mais pas dans la crise bien connue de tou.te.s, non. Une crise différente pour notre fille de celle des gamins. Clara craignait d’être allée trop loin, tandis que les frères avaient cette peur immense que leurs parents voient dans leur absence de ce soir un plan contre eux, sachant mes doutes sur leur qualité de géniteurs. Ils dormiront dans la chambre de Clara, qui accepta d’occuper le canapé pour la nuit. Le lendemain allait commencer les procédures contre les parents : commissariat, plainte, jugement potentiel (avec support d’un éducateur spécialisé et d’un avocat) et placement (chez nous).

[Six mois plus tard]

« Arnaud, à table ! », m’écriais-je.

« J’arrive pap’s, je finis mon combat ! », cria-t-il, visiblement en plein affrontement coriace en ligne, pendant que Simon mettait le couvert.

Cela nous aura paru une éternité, mais les amis et désormais demi-frère de Clara ont officiellement deux pères adoptifs et deux parents en prison (la mère ayant pris dix ans ferme pour violences par personne dépositaire de l’autorité parentale, le père cinq pour non-assistance à personne en danger, son rôle dans la « véritable violence » n’ayant pas été retenu)

Un parcours du combattant qui nous aura tou.te.s impliqué psychologiquement, mais je suis particulièrement admiratif du courage de mes fils et de la prise de risque de Clara. Evoquer avec eux les violences qu’ils subissaient aurait pu être un choc énorme pour eux, et elle aurait été désavouée, même si au fond, ils auraient de toute façon compris le bien-fondé de la démarche.

Désormais, Julien et moi sommes les heureux pères de trois enfants dont les vies n’auront pas été de tout repos.

Chapitre précédent

Chapitre final

Chapitre premier

Une réflexion au sujet de « “Easily the best I ever had” (39) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s