Redite

Je me doute qu’un tel titre n’est pas accrocheur, mais vous faire vous accrocher à moi n’est pas mon but.

Passons au sujet déjà abordé donc, mais avec une autre vision. Dans un précédent article, je disais ma joie et mon étonnement quant au fait d’être heureux, ou du moins de le ressentir comme tel. Mais il se trouve qu’heureux, je ne l’étais pas, en tout cas pas assez pour ne pas sombrer à nouveau, il n’y a pas si longtemps.

Depuis quelques mois cependant, c’est un sentiment véritable dont je ne doute pas et cela se confirme par mes réactions « normales » à des événements qui auparavant m’auraient mis hors de moi ou détruit. Je pense que c’est à force d’avoir trop couru, jusqu’à ne plus en pouvoir, après le bonheur – concept que je n’imaginais même pas comme étant possiblement réel – que je me suis mis à apprécier ce qu’avant j’aurais considéré comme insuffisant (sorties entre amis par exemple) et à ne pas faire d’un rien un drame.

Bien entendu, j’ai mes moments de solitude qui me plaisaient avant, bien plus qu’aujourd’hui. Néanmoins, je sais maintenant qu’être seul n’est pas un fléau, qu’on peut passer de bons moments seul.e (on notera l’aspect triste des emojis symbolisant le mot « seul.e ») et pourquoi pas faire des rencontres, éphémères ou non, qui font de notre journée une pépite.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s