Plaisir non simulé

C’est le jour J ! Minuit quinze, il est temps, enfin. Je me rends sur Spotify, et recherche fébrilement cet album.

Une fois son téléchargement terminé, l’aventure peut commencer. On débute par un Algorithm qui nous plonge dans une ambiance sombre dès le début. Une minute trente d’instru, puis Matthew prend la parole, et évidemment, c’est beau, très beau.

Ça enchaîne avec deux singles, The Dark Side et Pressure, autant dire que ce début d’album est très bon. Arrivent ensuite deux morceaux qui me font dire que notre Matt s’est quelque peu lâché, et ça n’est pas forcément négatif. Dans Propaganda, et cette voix déformée si entêtante répétant ce mot, le groupe nous entraîne dans un rythme plus funky, un peu moins rock mais très appréciable. Break it to Me possède ces sonorités orientales similaires à celles de United States of Eurasia (The Resistance), et vocalement, c’est assez décontenançant au début, mais on s’y fait très vite et personnellement, ce morceau me fait marrer, même si le mélange de sons peut déranger.

Arrive tel un coup de feu en pleine tête Something Human, que spontanément je passe. Thought Contagion rattrape le tout, et je reprends mon écoute, qui pour l’instant se passe très bien. Des sonorités eighties assumées et plus ou moins bien dosées, un aspect très futuriste, bref, ce à quoi on avait eu droit avec les singles dévoilés. Puis c’est la déception. Je vous avais parlé de Tove Lo, sollicitée par Matt pour poser sa voix sur certains passages de Get Up & Fight. Bon alors déjà c’est de la déco, et le titre n’est clairement pas à la hauteur. Vocalement très déçu par Matt, que l’on pourrait confondre avec Harry Styles (un ex One Direction). Le morceau ne me fait pas accrocher du tout, et après avoir écouté du Coldplay sur Something Human, voilà que les One Direction s’invitent à la fête.

Bref, il était important de parler de cette déception car après déboule… Blockades. Et c’est officiel, c’est la meilleure. On s’y éclate et on les voit déjà la jouer en live, tant elle est puissante (bon, c’est pas du New Born ou Reapers mais on va pas se plaindre quand on a de la qualité). Bientôt la fin (du moins de la partie sans les bonus, que je ne détaillerai pas ici). Elle est marquée par Dig Down, LA pire piste de l’album, que je passe donc de suite. Mais on a droit à une fin en apothéose avec The Void et cette oppression permanente, mêlée à la sublime voix de Bellamy, j’ai eu des frissons durant tout le morceau.

Alors pour résumer, c’est un bon album. J’étais vraiment craintif, mais je l’avoue, ils m’ont surpris. Ça manque peut-être de gros riffs, mais les bons morceaux sont agencés de manière à ce qu’on pardonne ce manque. Donc je n’irai pas au Stade de France, mais au moins je peux écouter un bon huitième album.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s