Et si j’étais mort ?

Ce blog n’existerait pas, je sais. Vous êtes sagaces ! Bref, entrons dans une parenthèse fictionnelle. Imaginons que ma mort se produisit un soir, il y a un peu plus de deux ans, fauché par un.e automobiliste pressé.e on va dire… d’aller tromper sa/son conjoint.e (autant que ma mort ait servi à quelque chose).

Qui se serait inquiété en premier de mon absence ? Dans l’immédiat, honnêtement personne. Ça n’est que quelques jours voire semaines plus tard, quand ami.e.s se seraient rendu compte de mon décès en constatant un manque de coups de gueule/de joie sur les réseaux. Ou pas de réponse à leurs messages, peut-être.

C’est en se posant ce genre de question – certes peut-être stupide – que l’on se demande l’importance, la place que l’on prend dans la vie des autres. Bien sûr, j’ai ici décrit un scénario « idéal » : il y a un peu plus de deux ans, j’arrivais à peine là où je jus aujourd’hui, et certaines amitiés n’en étaient qu’à leurs prémices.

Et puis se demander si vraiment on compte pour celles et ceux que l’on côtoie, c’est être persuadé que non, il faut l’admettre. Et je me le suis dit moult fois. Ce qui ne m’aidait pas à prendre conscience que je pouvais être apprécié. Donc aujourd’hui, plus de questions de ce type. Je vis et j’en profite en pensant à celles et ceux qui n’en ont plus la chance (big up au frangin et à la tata, j’vous aime ❤️).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s