A corps ouverts

⚠️Récit interdit aux mineurs⚠️

Montpellier, en début de soirée, un automne. Les deux hommes s’embrassent sur le lit, le thermomètre est dépassé par la température. Leurs corps finement musclés se frôlent, leurs sexes se tendent, leurs mains se joignent.

Puis ils sont rejoints par la femme de l’un d’eux, dont le vœu est exaucé. Elle regarde la scène, se mord la lèvre inférieure, et commence à lentement ôter ses vêtements. Peu à peu, elle voit son mari gâter son ami, et commence à doucement se caresser les lèvres. Les râles de leur pote commun l’excitent au plus haut point, elle brûle de désir et se lève. Sa bouche remplace celle de son mari, et déguste ce membre (bien mieux proportionné que celui qu’elle voit tous les soirs, pense-t-elle).

Son homme la voyant ainsi cambrée, il lui caresse le dos avant d’arriver à ce sublime arrière-train. Il était réticent à la sodomie, elle en rêvait. Elle la lui demande, il s’exécute, puis embrasse celui qu’elle suçait goulûment. Elle lui embrasse le cou, légèrement parfumé – au musc apparemment -, avant de caresser ce torse qui n’a rien à envier au deuxième qu’elle voit ce soir, tout en haletant sous les coups de son conjoint.

Elle lui demande d’arrêter, et de se mettre à quatre pattes. Pas besoin de mots, son deuxième partenaire a tout compris. Pendant que le mari aurait le pénis de son ami dans l’antre, il lèchera et explorera de sa langue curieuse le vagin de sa femme. Cette scène était un régal, pour les trois individus. Chacun y prend un pied inimaginable, et les contacts visuels indiquent un fort taux d’excitation. La femme trouve que son mari est bien plus performant avec la langue et ses doigts que d’habitude, peut-être une envie inconsciente de concurrencer son ami.

Après un quart d’heure, l’ami se retire, et s’apprête à tout lâcher sur l’autre. Pendant ce temps, la femme se doigte et sent le point de non-retour arriver. Elle éjacule, peu avant son amant d’un soir. Puis son mari fait de même, et leurs deux semences se mêlent. Le lit conjugal n’aura jamais assisté à une telle célébration de la sexualité humaine, et il ne l’oubliera pas de sitôt.

2 réflexions au sujet de « A corps ouverts »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s