Sous le tapis

Craintes, doutes, souvenirs gênants… tout s’y trouve. C’est sous ce tapis qu’Ebba a « rangé » tous ces démons qui lui collaient à la peau. Chaque soir, elle fume son fameux joint en dansant sur ce tapis.

Ses pieds foulant le sol écrasent avec une force épatante le passé, et les portes d’une nouvelle dimension s’ouvrent à elle. Ça n’est pas le vrai monde, mais c’est celui auquel elle aspire, tout comme elle le fait avec la fumée, qui emplit la pièce.

Elle plane, complètement, ses pas sont désorientés mais l’étrangeté de cette danse en font le charme. Parfois, elle s’enroule dans ce tapis que jamais elle n’a déplacé, et ressent une chaleur intense. Cela laisse aux mauvaises ondes une porte de sortie, mais elle se referme aussitôt, quand la jeune femme sort de son cocon de soie pour s’allonger, puis faire l’amour. Avec elle-même, à l’aide de doigts qui chatouillent, frôlent, griffent légèrement puis pénètrent, jusqu’à inondation du tapis.

Les effets de la drogue passés, elle revient, peu à peu, puis s’endort.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s