Lueurs

Jamais elles ne doivent s’éteindre. Parfois, un coup de vent peut faire s’éteindre ces petites flammes, une par une, jusqu’à ce que la nuit l’emporte. Elles ont été allumées, ces bougies, en l’honneur du petit Ethan, dix mois, tué par ses parents.

C’est sur la place principale du village, pas loin de l’église, que ce lieu de recueillement a été installé. Un lieu de mémoire. Un lieu auquel tou.te.s les habitant.e.s sont attaché.e.s. Les grands-parents du nourrisson en prennent soin, le surveillent chaque jour. Jamais il ne doit disparaître des consciences collectives, ce gamin.

Il est désormais considéré comme le fils de chaque foyer, même de ceux – rares- composés par des couples homosexuels (le curé a un peu tiqué, mais la beauté du symbole lui a fait retrouver la raison).

La nuit, d’autres petites lumières viennent s’ajouter à celles des bougies et loupiotes de la place. Dans les cieux infinis, chaque étoile semble veiller sur Ethan, et maudire les parents, qui accompagnent les astres depuis leur suicide chez eux, dans la chambre de leur malheureux enfant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s