Article d’un étudiant dans un journal (9)

Et se déversent les flots

Ils coulent depuis des années

Non pas dans l’Adriatique, ni dans la Méditerranée,

Mais bien sur mes joues, depuis que tu t’en es allé.

Tu as vu ? Tu as ta place dans un journal !

Tu dois te dire que ça n’est pas banal.

Et pourtant c’est bien ce que tu vois,

Aimerais-je dire, mais voir, c’est impossible pour toi.

Trois mois à peine dans ma vie,

De révolte j’ai donc envie de pousser un cri.

Six pieds sous terre, ma colère,

Tu l’entendras je l’espère.

Oui je sais, cela n’est qu’une chimère.

Alors que je poursuis vivement cet hommage,

Qui perdurera dans mon cœur à travers les âges,

Larmes et mélancolie m’inondent.

Mais ne t’inquiète pas, n’envahissent pas mon monde.

Cela va sonner comme un requiem,

Mais je conclurai en te disant : « Je t’aime ».

Article écrit dans le neuvième numéro du Phare Ouest. Il est le dernier, mais j’attends la sortie du prochain journal avec impatience.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s