Le réflexe dépistage

J’écris cet article depuis la salle d’attente du centre médical de Nanterre, patientant pour mon dépistage par le CeGIDD (Centre Gratuit d’Information et de Dépistage et de Diagnostic des infections par le virus de l’immunodéficience humaine et les hépatites virales et des infections sexuellement transmissibles, oui, c’est long).

Le dépistage, c’est quelque chose qui m’effrayait. Et qui m’a effrayé la première – et seule – fois que je l’ai effectué, lors d’un forum des associations où Aides était présente, en avril. Cela fait donc depuis avril 2018 que je n’ai plus refait de dépistage.

Mais aujourd’hui, il n’y a plus le contexte « viol » qui vient me repousser. Ni le problème de temps. Car oui, les horaires pour un dépistage rapide et gratuit sont contraignants. Alors je pourrai me faire dépister plus régulièrement et cela deviendra, comme indiqué en titre, un réflexe.

Je profite d’ailleurs de ce billet pour rappeler que nous sommes en plein « Octobre rose », et que malgré les affiches parfois immondes faites pour prévenir et inciter au dépistage du cancer du sein, il faut le faire. Personne n’est à l’abri d’une connerie qui pourrait lui pourrir la vie. Alors femme, homme, aucun des deux ou les deux, faites vous dépister ! 😘

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s