Je voulais un retour paisible

Mais c’était sans compter sur… le CROUS. Ça vous étonne ? Moi plus du tout. Son service social était censé rouvrir ce jour, que j’attendais avec impatience pour enfin débloquer ma situation. Sauf que voilà, la seule chose que j’ai vu ouverte et béante, c’est l’indécence de ce service, qui même pas ne prévient à l’aide d’une simple affiche qu’il n’accueillera les étudiant.e.s qu’à partir du 31 août.

C’est donc épuisé que je rentre (ce fut une nuit sans sommeil), la rage au ventre. C’est parce que je peux bénéficier de cette structure que mes demandes d’aide financière ont toutes été refusées, et voilà qu’elle me joue un autre tour des plus fourbes. Le CROUS aura décidément au fil des années fait que notre relation se détériore, au point que pour lui je ne ressente que de la haine.

Je vous laisse, il faut que je dorme, même si les tourments qui m’envahissent ne promettent pas un repos de qualité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s