L’instant « cul-ture » #3

Sport, sportifs.ves LBGT et LGBTphobies

On le sait car on nous le râbache : le sport est vecteur de valeurs, le respect, la tolérance, le fair-play etc. Mais qu’en est-il vraiment ? Faisons un petit point sur la situation, à l’occasion des Gay Games.

Aujourd’hui en France, généralement, quand on pense sportif.ve et coming-out, on a en tête la tenniswoman Amélie Mauresmo, qui a annoncé son homsexualité en 1999, à 19 ans. C’est celle à qui l’on pense immédiatement car c’est la plus connue. Mais il y a d’autres sportifs.ves assez connu.e.s ayant affirmé leur homosexualité.

On peut citer l’ex-footballeur, conseiller municipal UMP-UDI (élu en 2014) et désormais consultant chez « L’Equipe » Olivier Rouyer, ce dernier étant sorti du placard dans les colonnes du journal sportif. La basketteuse française Elodie Godin a fait son coming-out en mai 2015, avant d’épouser sa compagne Naomi Halman un mois après. En France toujours – c’est le but du billet -, la triathlète Carole Peon a déclaré dans une interview en 2015 être homosexuelle et en couple avec une autre triathlète française, Jessica Harrison.

J’ai consulté deux sites [www.pause-sport.com ; http://www.sport365.fr] et une trentaine de profils de sportifs.ves LBGT pour quatre coming-out. Tou.te.s les autres provenaient en grande partie des Etats-Unis (il est à noter que la plupart de celles et ceux qui l’ont fait aux E-U ont été félicité.e.s par Obama lors d’allocutions), d’Angleterre, d’Allemagne ou des pays nordiques.

Affirmer son homosexualité dans le milieu du sport, peu importe sa discipline, peut entraîner des conséquences graves, voire mortelles. Je pense ici notamment au footballeur Justin Fashanu, le premier footballeur anglais à avoir clamé son homosexualité en 1990, ce qui a bouleversé la suite de sa carrière, jusqu’à son suicide en 1998. Plus globalement, le sport ne pousse pas encore malheureusement à s’assumer sans crainte et à pouvoir s’epanouir.

Si j’ai précisé que Barack Obama avait félicité des sportifs.ves pour leur coming-out, c’est parce qu’il l’a fait pour saluer leur « courage ». En France, les politiques ne se saisiraient pas de ces sujets pour faire de la sphère sportive un lieu plus tolérant, mais de manière générale, dans le sport comme dans la vie, on ne devrait pas avoir à parler de « courage » quand on aborde le coming-out.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s