Imprévu nocturne

Deux envies réciproques se font sentir pendant une discussion virtuelle, il propose de passer. Le doute s’installe (« Rappelle-toi comment ça s’est passé la dernière fois qu’un gars s’est trouvé dans ton lit »). Mais ici, je savais que j’aurais ce que je voulais (« Bitches I don’t trust ’em but they give me what I want for the night »), ce qui m’était promis.

Alors il est venu. Un peu de stress, forcément, puis il a fallu aller le chercher, perdu qu’il était. Une bonne tête, et de la discussion, il n’était pas là que pour mon phallus. De plus, un élément diffère par rapport à la période durant laquelle j’ai été violé. J’étais vulnérable, et en recherche d’une affection de (très) courte durée. Je prenais ce qui me tombait sous la main, pour me sentir mieux. Aujourd’hui, c’est l’inverse. C’est si je ne vais pas bien que je me refuse à rencontrer des hommes. Et je ne couche plus pour obtenir une éphémère sensation d’amour, plus par besoin, mais par envie.

Et ça fait toute la différence.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s