« Tu as déjà gagné »

C’est ce qu’on m’affirme souvent en me démontrant que fuir l’emprise maternelle est la victoire de ma vie. Dernièrement, c’est ma grand-mère qui me l’a rappelé.

Mais où est la satisfaction de cette victoire ? Celle que je ressens après n’importe quelle autre, bien plus minime ? Bien sûr que ce que j’ai fait, je le referais vingt fois s’il le fallait. Il n’y a aucun regret en moi concernant cet acte.

Pourquoi ai-je cette impression de perdre le jeu contre la vie, qu’à chaque manche, elle l’emporte finalement en me mettant à terre ? Pourquoi faut-il que chaque période de « bien » se fasse rétamer par une crasse nouvelle, un élément me faisant me noyer à nouveau ?

Courir vers la lumière aura été un effort à l’utilité bien trop surestimée, alors maintenant je rampe, épuisé par cette course frénétique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s