“Easily the best I ever had” (23)

⚠️Ce récit fictif est à caractère érotique. Certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes, ce texte est donc interdit aux mineurs⚠️

Chapitre 23 : Aphrodite

C’est un soir sous influence. Sous « son » influence. Alors que le morceau du même nom tourne en boucle dans la chambre, la chaleur se fait suffocante. Rêve ? Réalité ? Je ne sais même plus. J’effleure son corps de mes frêles doigts et en ressens les frissons, et lui dit à quel point je le trouve beau (« So don’t trust every word I say »).

Ses pupilles se dilatent, en même temps que l’orifice m’offrant l’accès à ses entrailles. Mes mains se baladent toujours, sur son visage entier. Je lui fais suçoter mes doigts, pendant que mon sexe s’apprête à le visiter. Tove Lo termine son pont, c’est à Wiz Khalifa d’entamer son couplet. Moment que je choisis pour doucement insinuer mon pénis en lui, tout en tirant une latte sur l’énième cigarette que nous fumions (« Intoxicated and faded »).

Je saisis le bras sur lequel il s’était fait tatouer ce fameux titre, Easily, et mordille cette partie précise. Inspiré par Tove, je fais de mouvoir mes coudes vers sa gorge, il les suce et les embrasse avec fougue, pendant que mon membre s’amuse à le torpiller.

Nos corps suent, s’unissent, et succombent à cette déferlante de plaisir. Ses pieds autour de mes hanches, il me tend une autre clope, que j’allume au-dessus de lui pour faire briller son regard, intense (« Babe you’re in luck ’cause I will do whatever comes to mind, yeah go insane »).

Il nous fit changer de position, au bord du lit, sur le ventre, ses pieds se retrouvant au sol (« Swing me baby, back on my feet »).

Je décidai d’abandonner son fessier pour que sa bouche tâte de mon sexe. Je me plaçai face à lui, toujours à genoux, et le laissais faire son œuvre à son rythme (« It’s a blur but I want my way »). L’odeur de fumée se répandait, se mêlant à celle de notre transpiration. Par la fenêtre, j’apercevais la lune, pleine et brillante, qui semblait nous observer. Au moment où je sentais la sève grimper, je lui fis signe et il retira sa bouche. Nous regagnâmes le lit, et la main sur le sexe de l’autre, procédions à l’arrivée de l’extase.

« This is the best place in the world ».

Chapitre précédent

Chapitre suivant

Premier chapitre

2 réflexions au sujet de « “Easily the best I ever had” (23) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s