Flo frappe très fort

Première chanson : June, première note, premiers frissons. J’apprends ensuite d’un fan que Florence Welch évoque le massacre d’Orlando dans ce morceau, ce qui fait redoubler d’intensité l’émotion que suscite ce morceau en moi.

Puis arrive Hunger, comme pour éliminer ces pensées peu réjouissantes et vous faire danser (et bouger des épaules comme dans le clip 😁). Puis dans les morceaux suivants, sa voix et l’instrumental vous entraînent dans une autre dimension. Elle était plutôt sombre dans les albums précédents, mais je n’ai ressenti quasiment que des ondes positives dans cet album.

Transporté dans cette atmosphère planante, voilà qu’arrive Patricia. Cette personne est décrite comme une personne qui a beaucoup aidé Florence, contrairement à celle qui fut mon pire cauchemar. Des sentiments paradoxaux naissent alors : j’adore ce morceau mais ne peut m’empêcher de penser à « ma » Patricia.

La chair de poule revient quand The End Of Love déboule. Sûrement la chanson la plus émouvante, ce qui n’en fait pas la moins bonne, au contraire. Après écoute, Hunger reste mon morceau préféré de l’album, mais l’enchainement June + Hunger en début d’album est sûrement l’un des meilleurs des quatre albums de Florence + The Machine.

Bref, aucune déception, de belles surprises (June, Grace…) et une voix toujours aussi transcendante ❤️👌🏻

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s