“Easily the best I ever had” (20)

⚠️Ce récit fictif est à caractère érotique. Certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes, ce texte est donc interdit aux mineurs⚠️

Chapitre 20 : Pourquoi tant de doutes ?

Après ce qu’il venait de se passer au bureau, je me pressai de rentrer pour me soulager auprès de Julien. Il me vit arriver blafard avec une pointe de rage, et m’interroge de suite sur ce qui provoque cet état. Je lui raconte alors tout, dans les moindres détails.

Il m’écoutait attentivement, et lorsque j’eus fini ma description, il me demanda, le plus naturellement du monde :

– C’est juste une histoire pour camoufler une infidélité ?

« Tomber des nues » n’est pas une expression suffisante pour dire à quel point sa réaction m’affectait, disons que j’avais envie de lui en coller une. Mais je gardais mon calme, et lui répondis que non, c’était réellement arrivé et que je n’ai aucune raison ni envie de le tromper.

– J’ai droit à ton réconfort ou tu vas jouer au con toute la journée ? demandai-je, sans cacher mon énervement.

– Tant que c’est à moi que tu penses et pas à…

Mon poing était parti, en plein sur sa joue gauche. Il était allé trop loin, il savait que j’ai été violé par le passé et se permettre une remarque aussi ignoble, c’était impensable.

– C’est bon, t’as les idées remises en place où il t’en faut une autre ? Qu’est-ce qui t’arrives sérieux ? Tu te rends compte de ce que t’oses me balancer ? lançai-je en sanglotant.

– J’aime quand t’es énervé comme ça, ça me rend dingue, balança-t-il le plus naturellement du monde.

– Si tu m’as fait tout ce cirque juste pour t’exciter, je devrais commencer à m’inquiéter sur l’effet que je te fais, rétorquai-je.

– Bon tu viens ? Quand j’aurai réparé l’expression de ta rage, je t’apporterai la chaleur humaine dont t’as besoin.

– Franchement, avant d’arriver, j’avais envie de libérer tout ça en te faisant l’amour comme un fou. Mais t’as légèrement douché mon envie là. Sincèrement, tu m’expliques d’où t’as sorti ces phrases immondes ? Ça fait plus de deux ans qu’on est ensemble et ça y est, tu te mets à imaginer des trucs ? Je croyais avoir ta confiance…

Il posa alors son doigt sur mes lèvres pour me faire taire… que je dégageai pour continuer :

– … mais faut croire que monsieur commence à douter de ma sincérité ! T’es le premier gars avec qui je suis en couple, ça fonctionne bien sous tous rapports, en tout cas de mon point de vue, quelles raisons j’aurais d’aller coucher ailleurs ? J’ai été violé, encore. Je m’attendais vraiment pas à cette réaction… T’as qu’à me dire que t’as engagé un détective privé aussi tant que t’y es !

– T’es calmé ? répondit-il avec apaisement, ce qui me donnait encore plus envie de me jeter sur lui, mais pas pour un moment de plaisir. C’est bon, j’ai compris que c’étaient pas des conneries, excuse-moi. C’est juste que j’osais pas y croire, je t’imaginais en train d’avoir un rapport forcé et c’était au-dessus de mes forces, donc j’ai fait le fier, et le con. On se détend un peu – dit-il en se caressant l’entrejambe – et on va porter plainte. Ok ?

Ce type me rend fou, je passe de la rage à l’excitation comme ça, en claquant des doigts. Bref, on se déshabille, avec précipitation, on s’embrasse et je lui mords le cou, parce que quand même, ce salaud m’aura bien fait enrager. D’ailleurs, c’est lui qui va me procurer une fellation (qu’il maitrise toujours autant), et m’offrir ce cul affamé. Là encore, je me lâchai et donnai tout ce que j’avais de rage dans ces va-et-vient à l’intérieur de ses entrailles. Comme à notre habitude, c’est allongé sur le dos, les jambes sur mes épaules, qu’il subit mes assauts. Je vois donc son visage se tordre de plaisir, et sa main se diriger vers ce sexe gonflé, qui commence à palpiter. Sa respiration devient de plus en plus saccadée, j’augmente alors le rythme et il ne tient plus, tout son jus est expulsé avec force, jusqu’au cou. Son torse fut le réceptacle de mon sperme, puis après un dernier baiser, nous allons nous laver et nous préparer à affronter la plainte au commissariat.

Chapitre précédent

Chapitre suivant

Premier chapitre

2 réflexions au sujet de « “Easily the best I ever had” (20) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s