Ma première fois

Ils furent un moment assez irréel, ces trois jours de festival. Assez inquiet puisque très peu habitué à ce genre d’ambiance, j’y ai très vite trouvé mes marques. Je dois pour cela remercier bien entendu SOS homophobie, sans qui je n’aurais pas vécu cette aventure 😁

Le premier jour a été marqué par un début un peu chaotique, puisque je n’avais pas prévu une attente aussi longue pour emprunter la navette menant au festival. En outre, l’hippodrome de Longchamp n’étant pas des plus petits, et mon sens de l’orientation bien faible, il m’a fallu du temps pour trouver ce fameux « village solidarité », dans lequel étaient installées les différentes associations partenaires.

Bref, après plus d’une heure de retard, c’est sous un beau soleil que j’arrive, salue mes camarades et discute avec les festivaliers.ères venu.e.s visiter notre beau stand. Bon, il faut dire que j’appréciais surtout poser les questions à celles et ceux qui voulaient faire tourner la « roue des Fiertés » (concept : tu fais tourner la roue, tu tombes sur un numéro, tu pioches une lettre parmi L,G,B,T,Q ou I et le numéro sur lequel tu es tombé.e correspond à la question, la lettre à la catégorie).

Ce festival m’aura permis de parler de l’asso, de la faire connaître ou d’en entendre du bien parmi les individus la connaissant déjà. Mais surtout, j’ai été moi-même pendant ces trois jours. Celles et ceux qui connaissent mon parcours (ou l’ont lu ici) savent que la honte et la dépression (disons-le clairement) ont souvent fait partie de mon quotidien. Mais pas de ça aux Solidays, tout s’est évaporé.

Une équipe au top, avec qui je suis fier de participer à la lutte pour un monde plus juste. Un esprit d’ouverture qui planait dans le festival, des gens qui regardaient mon t-shirt et me disaient que je pouvais être fier de ce que je faisais, et qu’ils soutenaient le combat. L’amour qui s’exprimait librement, aussi, et ça n’est pas possible partout. Mais aussi des moments plus solennels, avec l’hommage aux victimes du VIH, moment émouvant qui rappelle pourquoi un festival comme les Solidays est important. Et je n’oublie pas cette rencontre totalement inattendue avec une fan de Tove Lo, avec laquelle j’ai parlé pendant des dizaines de minutes 😍

C’est du bonheur plein la tête que j’écris sur ces trois jours – sachant qu’au départ, je ne devais participer qu’à un seul stand, exams oblige, mais je me suis arrangé -, dont je me souviendrai. Love was in the air ❤️

A l’année prochaiiiine ! 🌈❤️

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s