“Easily the best I ever had” (17)

⚠️Ce récit fictif est à caractère érotique. Certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes, ce texte est donc interdit aux mineurs⚠️

Chapitre 17 : L’arrivée

Le temps était enfin venu pour Julien et moi de nous installer dans notre nouveau cocon, aidés dans le déménagement par certains très bons amis à moi (que j’ai évidemment récompensés par… une bière, faut trop m’en demander). L’appartement était plus grand, nous avions un très bon vis-à-vis, les commerces de base étaient assez proches. Bref, nous avions fait un choix judicieux.

Bon, c’est beau dis comme ça, mais une espèce avait envahi notre nouveau lieu de vie : les cartons, par dizaines. Et il nous fallait les déballer. Nous n’étions pas vraiment emballés à l’idée de passer des heures à s’exécuter, venant à peine d’arriver. Tout juste avons nous sorti de quoi dormir, l’électricité c’est réglé, l’eau pareil, et nous décidons de manger au restaurant pour fêter cet événement.

Repus et satisfaits des prix abordables du repas englouti, nous rentrons et quoi de mieux pour inaugurer notre nouveau chez nous que d’y marquer notre territoire ? Ce territoire, c’était la (future) chambre, que nous avons pour le coup bien marqué. Il faisait une chaleur écrasante et une tension me donnait des frissons. J’avais envie de lui, violemment. Je me jetai sur lui, nous basculons alors sur le lit, et nous embrassons fougueusement. La précipitation mêlée à l’excitation fit que nous mettions du temps à nous dévoiler, mais qu’importe, l’intensité du moment faisait que nous n’avions cure et riions de nos difficultés à enlever le jean de l’autre.

Un 69 passionné suivit, nos sexes gonflés semblaient appeler à la fellation, que nous avons pratiquée pendant une vingtaine de minutes. Puis vint son moment. Après lui avoir longuement chatouillé l’antre avec langue et doigts, ce fut au tour de mon membre de le pénétrer. L’habitude a aidé à l’entrée, et j’en profitai alors pour commencer en usant de la manière forte, ce qu’il semblait apprécier, au vu des râles et gémissements émis. Lui sur le dos, moi sur les genoux, ses jambes sur mes épaules, et nos regards perçants, brûlants de désir. Ce tableau me rendait fou, j’aurais pu rester des heures à lui montrer mon amour et mon envie. Mais après 45 minutes d’aller-retour, de cris, de baisers enflammés, je ne tenais plus et lâchai ma semence sur son torse, dont les mouvements montraient une respiration de plus en plus saccadée, preuve qu’il allait lui aussi éjecter ce nectar masculin tant convoité. Lorsque ce fut le cas, nous nous écroulâmes, dans un moment de flottement heureux. Nous nous regardons pendant quelques secondes, avant de s’embrasser, encore.

Cette première nuit fut une bonne introduction à notre nouvelle vie. J’avais hâte de voir ce qui nous attendait, et de vivre avec passion mon amour pour mon cher et tendre.

Chapitre précédent

Chapitre suivant

Premier chapitre

2 réflexions au sujet de « “Easily the best I ever had” (17) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s