Moment

« You better keep a straight face ‘fore the camera flashes but you’re fucked » – Tove Lo, Don’t Talk About It

L’histoire qui se cache derrière la capture de cet instant. Qui étais-je ? Que ressentais-je ? Quelqu’un qui n’arrivait plus a faire semblant, qui foutait tout en l’air sans en avoir quelque chose à foutre. Ces paroles sont magnifiques.

La fausse joie se ressent, préférez montrer votre désespoir, ne vous mentez pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s