Journée contre la violence éducative

« Oh mais ça va, une fessée ça n’a jamais tué personne ! ». « Moi je me suis pris des claques et j’en suis pas traumatisée pour autant. ». Tant de propos qui provoquent en moi une certaine crispation…

Comment peut-on oser dire « aimer » son ou ses enfants en portant atteinte à leur intégrité physique ou psychologique ? Je ne suis évidemment pas le mieux placé pour avoir un avis le plus « neutre » possible, mais claques et fessées n’ont aucunement l’intérêt qu’on leur prête. A part faire montre de votre autorité de la pire des manières, la violence ne mène à rien.

Etre parent implique nécessairement de fixer des règles, mais l’enfant ne peut et ne devrait pas avoir les respecter par peur, mais uniquement car ce sont ses parents qui les ont mises en place, en en parlant avec lui.

L’argument du « laxisme » des parents est à remettre en question. Ne pas soumettre ses enfants à une autorité qu’on ne tolèrerait pas venant de quelqu’un d’autre envers soi-même, c’est être laxiste ? Préférer le dialogue – ce qui encore une fois, ne veut pas dire être laxiste -, à la violence, c’est être laxiste ?

Alors dans ce cas, j’espère pour tous les enfants à venir que leurs parents le seront. Eduquer par la violence ne peut que faire de sa progéniture un être mal dans sa peau, qui risque de reproduire ce schéma plus tard, qui en outre intériorisera cette autorité par la baffe en la minimisant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s