Au menu à Nanterre aujourd’hui :

En apéritif, une simple AG pacifiste d’étudiant.e.s, qui marquait le premier jour d’occupation de la fac.

En entrée, l’arrivée de fourgons de CRS venus déloger par la force ces mêmes étudiant.e.s. Matraqués, gazés, ils ont été plusieurs à être blessés et sept arrêtés, sans aucun motif à part celui d’être des étudiants fortement politisés (et il faut qu’on m’explique en quoi cela est un motif d’arrestation). Mais par qui ont été appelés ces CRS ? Mais ouiiii, par le président de la fac ! Eh ouais, c’est lui qui a fait en sorte que les étudiant.e.s qu’il accueille dans son université se fassent agresser par des flics. Aucune violence n’a été exercée par les étudiant.e.s, j’en atteste. Ils avaient leurs matraques, leurs lacrymos, leurs armes et leurs boucliers ; nous, seulement nos gorges pour hurler. Mais ils se sont permis de casser de l’étudiant, tant qu’à faire hein, autant s’amuser un peu. Le pire dans tout ça, c’est vraiment le mépris qu’on sentait dans leurs regards, nous ne sommes rien pour eux. Nous entendre scander nos slogans, ça les faisait rire.

Donc en plat de résistance, on a exigé des explications de notre cher président, en envoyant une délégation – qui a mis du temps à se former – de deux profs et deux étudiant.e.s. Pendant que les concertations avaient lieu, et connaissant bien l’une des deux profs y ayant pris part, je ne doute de la résistance justement, et du soutien apporté aux étudiant.e.s victimes de la violence policière, nous sommes allés déguster le dessert.

Et que c’était bon, d’être tous et toutes devant le commissariat, à demander à voir le commissaire, ce dernier parlant rapidement aux représentants syndicaux pour dire que les motifs de détention sont « Violences » et « Dégradations ». J’espère que ça vous faire rire jaune comme ce fut mon cas. Si violences il y avait eu, j’aurais l’honnêteté de le dire. Mais non. Juste des étudiant.e.s inquiets pour leur avenir, qui parlaient sans doute de la suite de l’occupation, qui à mon sens, est très utile pour faire entendre la voix estudiantine.

Soutien infaillible aux camarades blessé.e.s et mis en garde à vue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s