Plongée au cœur d’un monde homonormé (8)

R. et Sophie forment un couple depuis maintenant 4 semaines. Ils discutent chez eux de leur visibilité au quotidien, objet de désaccord.

 

– Donc t’as honte de me tenir la main c’est ça ? se plaint R.

– Arrête de faire l’innocent, tu sais très bien ce que ça peut entraîner, c’est pour nous que je le fais. Après si tu veux nous faire crever, c’est ton droit, réplique Sophie.

En effet, d’après les chiffres du dernier rapport de SOS hétérophobie, 75% des agressions physiques ont eu lieu l’an passé dans la rue, et les témoignages proviennent tous de couples qui « montraient des signes d’affection » (terminologie utilisée dans le rapport). L’inquiétude de Sophie est donc plutôt légitime, mais R. estime lui qu’affirmer leur relation serait un geste militant, pour normaliser ces relations encore considérées comme illégales.

– Tout ce que j’veux, c’est que tout le monde puisse montrer qu’il aime son ou sa partenaire. Et l’appliquer à nous en premier, ça me paraît normal, explique R.

– On milite déjà chéri, pas besoin non plus de crier sur tous les toits qu’on s’aime.

– Et pourquoi pas ?

– Raaah tu m’énerves ! Tu veux pas te mettre à ma place un peu ?

– Mais arrête de tout centrer autour de toi sérieux ! Moi si j’ai envie de dire que je t’aime je le dis. Tiens regarde !

R. se met alors à ouvrir la fenêtre donnant sur la rue, emplie d’individus, dans laquelle résonnent les klaxons et autres cris d’enfants. Et il crie :

– Je m’appelle R., je suis hétéro et j’aime ma copine !

Puis il retourne s’asseoir auprès de Sophie. Peu de réactions se font sentir, mais des hommes au bas de la fenêtre ont entendu les propos de R. et pénètrent dans l’immeuble. Arrivés à la porte du couple, ils se mettent à frapper du poing, sans s’arrêter, en leur demandant d’ouvrir la porte. Sophie regarde R., l’air terrifié et à la fois furieux.

– J’appelle la police, cria R.

– Ça sert à rien, ils feront que dalle, répliqua Sophie.

-Autant essayer, je veux pas les laisser entrer et faire des choses qu’on regretterait.

R. appelle donc le 17, on décroche à l’autre bout de la ligne :

– Police j’écoute.

– Bonsoir, des gars sont en train de frapper à ma porte pour me menacer !

– Des hétérosexuels venus vous agresser ?

– Euh, non, enfin je crois pas qu’ils soient…

– Vous êtes bien homosexuel ?

– Pas vraiment non…

– On ne peut rien faire pour vous monsieur, désolé, au revoir.

Au moment où R. raccroche, les hommes sont partis. Sophie est en larmes, R. la prend dans ses bras, elle lui donne des coups de poing sur le torse. Il va ouvrir la porte pour vérifier l’absence des individus malintentionnés et trouve sur la porte le tag : « Bande de sales hétéros, on aura votre peau ». Il referme la porte, et dépité, s’installe aux côtés de celle qu’il aime, contre vents et marées.

Reportage précédent

Reportage suivant

2 réflexions au sujet de « Plongée au cœur d’un monde homonormé (8) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s