Plongée au cœur d’un monde homonormé (2)

14 février 2078, 8h30. R. se rend au travail – il est professeur d’anglais dans le secondaire – et c’est aujourd’hui un jour spécial. On fête en effet les 30 ans de l’abolition de la Saint-Valentin par le gouvernement de l’époque, mesure qui avait suscité une vive opposition chez les traditionalistes, peu importe leur orientation sexuelle. Nous suivons (et filmons discrètement, par déontologie et à sa demande) aujourd’hui une journée de travail au lycée où travaille R.

Il est 9 heures, R. arrive au lycée. Petit tour à la salle des profs avant de donner son premier cours, à 9h30. Autour de lui, des collègues discutent et rigolent. R. se rend à la machine à café, et se fait interpeller par une collègue : « Eh R. ! C’est quand que tu nous présentes ton mec ? ». Rires dans la salle, rire gêné de ce dernier. Il hésite, puis finit par répondre : « Oh tu sais, moi et l’amour ça fait vingt ! J’ai ni l’envie ni le temps pour ça. ».

Je m’assois, assez loin des autres individus présents, avec R., puis lui demande ce que ça lui fait de devoir se cacher au travail, le lycée étant le lieu qu’il fréquente le plus souvent :

– Vous ne vous imaginez pas à quel point c’est frustrant. J’aimerais tellement pouvoir m’exprimer en toute liberté, leur dire que non, j’aime pas les hommes et que je leur préfère les femmes…

Puis il se lève d’un coup, et se tourne vers le groupe, toujours en train de discuter :

– Bon, les gars, j’ai à vous parler. Ça va être difficile et j’espère que j’en subirais aucune conséquence. Je suis hétérosexuel, j’aime les femmes. Jamais je n’ai été attiré par un homme de ma vie, voilà.

La même collègue que tout à l’heure prend la parole :

– Oh mais t’as bien raison, les femmes y’a rien de mieux ! (elle s’esclaffe). D’ailleurs, ça te manque pas trop la Saint-Valentin, cette fête à la con là ?

Soudain, un autre se lève, s’approche de R., avant de le plaquer contre un mur :

– Ecoute pas l’autre Martine là, toi tu vas voir, j’vais te mettre la misère maintenant. Puis comment tu peux savoir hein ?! T’as déjà testé avec un mec, tiens vas-y… (il défait son jean et tente de mettre à genoux son collègue, avant que ses homologues ne le dégagent). Ouais, bon t’as eu de la chance qu’ils soient là eux, mais tu verras, bientôt tu seras pédé comme un foc.

Tétanisé par ce qu’il vient de se passer, R. prévient l’administration qu’il ne pourra assurer ses cours aujourd’hui, et ne donne pas de raison lorsqu’elles lui sont demandées. Il fonce chez lui, avant de s’effondrer et de nous demander de le laisser, ce que bien sûr nous comprenons.

Vous aurez pu constater ici à quel point le monde du travail est traumatisant pour les hétérosexuels, minorité qui pour la grande majorité a peur de s’assumer, ce qui peut s’expliquer, les événements comme celui auquel nous avons assisté n’étant pas rares dans le cadre de l’activité professionnelle. D’après les derniers chiffres, 3/4 des hétérosexuels n’assument pas leur orientation sexuelle au travail par peur de licenciement, de harcèlement, de violences etc. Le ministre du Travail a déclaré à ce sujet qu’il « le prendrait à bras le corps ».

Reportage précédent

Reportage suivant

2 réflexions au sujet de « Plongée au cœur d’un monde homonormé (2) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s