Mon homosexualité (5)

Cinquième partie : Sites et applis de rencontres

Peu après avoir fait mon coming-out et m’être pris mon premier râteau, j’ai commencé à me renseigner sur les différents forums, sites ou applications de rencontres. J’ai tout essayé, et le résultat fut toujours le même : j’intéressais, certes, mais des gens qui eux ne me plaisaient pas.

Cela a toujours été le drame de ma vie sentimentale, qui m’a néanmoins donne confiance en moi. En effet, quoi de plus gratifiant que de recevoir des centaines et des centaines de visites et des messages par dizaines vous disant que vous êtes attirant ? Peut-être le fait ne pas être identifié comme étant du gibier potentiel dès le début d’une conversation.

Au départ, je répondais à chaque message, peu importe l’âge de la personne, après tout on peut bien discuter sans arrière-pensée. Eh bien non. Jamais, ou presque. Les mecs de 60 piges qui te trouvent mignon, ça devient vite, très vite glauque. Pareil pour ceux qui ne mettent pas de photo. Alors j’ai très vite pris des mesures : si pas de photo et plus de tel âge (généralement 30-35 ans), je zappe. Mais l’homme est de nature tenace. Cela n’empêchait en rien les plus braves à m’envoyer des messages, auxquels ils savaient qu’ils n’y aurait pas suite.

Ce qui m’agace aussi, c’est cette prépondérance des hommes qui te demandent en premier lieu : « actif ou passif ? ». Ça te casserait le cul de dire bonjour déjà ? Et bien évidemment, dire que l’acte de pénétration anale (c’est joliment dit hein ?) n’est pas dans la catégorie « choses que j’apprécie dans le sexe », que l’assaut soit subi ou lancé, ça fait tout de suite bizarre. La sacro-sainte sodomie ne l’est pas chez moi, et ça perturbe. Mais j’aime ça, perturber. Et provoquer, aussi. Prendre certains types bien pervers à leur propre jeu. Leur faire croire que oui, la tentation est présente, ardente, alors que non, je ne veux pas voir leur queue pendante. Et je les laisse là, penauds, car j’avais prévenu après tout : « Pas de vieux, pas de gros pervers », ces pervers étant en général ceux qui ne mettent pas de photo.

Dernier petit point sur les applis notamment. EH LES HETEROS, J’VAIS PAS SUBIR VOTRE INSATISFACTION SEXUELLE DANS VOTRE CAISSE PENDANT 10 MINUTES OK ? Si vous saviez le nombre d’hommes ayant les « boules bleues » (expression traduisant l’insatisfaction sexuelle, comme si vous alliez jouiiiiir et puiiiis…. non. Punaise rien qu’en l’écrivant j’ai mal à l’urètre), et pensant que les homos vont leur offrir bien gentiment leur bouche et/ou leur cul parce que leur copine/femme ne le fait pas… vous seriez surpris. Ou pas.

Bien sûr, j’ai arrêté les sites et applis de « rencontres », qui méritent bien leur guillemets, après que le dernier type rencontré m’ait violé, pendant notre troisième nuit ensemble. Dans une communauté gay où d’après les derniers chiffres que j’ai lus, 80% des rencontres se font virtuellement, j’aime être dans les 20%, la minorité dans la minorité. Cependant, c’est mon expérience, des couples se sont formés grâce à ces outils et c’est tant mieux.

A toi, homosexuel.le qui me lit peut-être, je ne dis pas de ne pas tester. Tu peux toujours essayer et te faire ton opinion, je ne suis pas là pour te dire « Les applis, c’est de la merde en paquets de 12 ».

Je vous embrasse tous et toutes, et que l’amour, qu’il soit virtuel ou physique, règne ! ❤️

Partie précédente

Epilogue

Une réflexion au sujet de « Mon homosexualité (5) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s