Gaétan

« ¡Yo soy español, español, español! ». S’il y a bien une chose qui définit Gaétan, c’est cette phrase prononcée avec la bonne humeur dont il a le secret et ce sourire communicatif. Mais Gaétan, ça n’est pas que ça, oh non ! Tout d’abord, venons-en à notre rencontre.

Je vous parlais ici de mes cours d’allemand, mais ceux-ci succèdent à une année d’espagnol, que je chéris et qui me manque tant. Bref, il se trouve que Gaétan et moi nous trouvions dans le même groupe d’espagnol en C1 (pour les dur.e.s à cuire quoi… ou pas :p). Au début, rien, je ne parlais à personne. Puis, sans savoir comment, nous nous sommes mis à parler tous les deux, au deuxième semestre, ce qui me faisait plaisir et rendait les vendredis soirs moins pénibles.

Il m’a notamment parlé du Phare Ouest, journal de ma fac dont je parle dans cette vidéo (il en était alors l’un des rédacteurs à l’époque), tandis que j’étais un militant novice au sein d’un syndicat étudiant. Nous échangions alors sur des sujets intéressants et nous quittions à la gare de la fac, lorsque nous nous raccompagnions après les cours.

Puis vint la fin de la première année, mon succès au partiel d’espagnol et son malheureux échec. Je me souviens l’avoir invité sur Facebook afin que nous restions en contact, car j’avais apprécié sa compagnie pendant ces 6 séances de cours de langue et imaginais que nous pouvions devenir amis. Ce qui est aujourd’hui, je pense (car oui, je doute TOUJOURS des sentiments amicaux éprouvés par celles et ceux que je considère comme des ami.e.s, en gros j’suis chiant), le cas.

Il accepta vite, ce qui me rassura. Ainsi nous parlions de tout et de rien pendant les congés d’été, qui ont été pour moi un beau bordel, mais je vous en parlerai dans l’histoire « Ma « mère » et moi ». Puis il m’annonça qu’il était devenu le Président du journal, ce dont je l’ai félicité. En parlant du journal, c’est en deuxième année de licence qu’il m’a fait voyager dans cette aventure qui continue aujourd’hui, mais tous les détails sont dans la vidéo dont je vous ai mis le lien.

Gaétan est clairement l’une des personnes qui m’a le plus soutenu pendant ma période dépressive, il mérite donc largement ce billet. Il est toujours là quand on a besoin de lui, je me retiens même parfois de peur de trop « profiter » de cette qualité qu’il possède, une générosité et un humanisme sans borne.

Comment ne pas terminer cet article sans mentionner le fait que c’est lui qui me pousse à faire ce que j’ai envie de faire, d’écrire ce que j’ai envie d’écrire et de dire ce que j’ai envie de dire, sans me préoccuper des critiques inutiles et infondées ? Je ne peux pas. Il fallait que je le mentionne, merci à lui, merci à toi mon ami. Je te l’ai déjà dit mais autant le dévoiler au mooooonde entier, ta rencontre est l’une des plus belles, des plus épanouissantes que j’ai faites à la fac.

Con toda mi amistad, te quiero.

Dédicace précédente

Dédicace suivante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s