Je devrais publier des articles plus longs

Sinon ça va vous ? Vous avez passé une bonne journée ? Ici il fait nuit, c’est un peu triste. Mais je me suis bien amusé en parlant aux gens sur Facebook via un direct. C’est un peu devenu mon passe-temps favori, tout comme écrire sur ce blog.

Vous l’aurez remarqué, dans ce blog, je laisse s’exprimer ma plume, qui tente de vous raconter avec le plus de tripes possible (désolé pour les végétariens ou vegans, j’vous aime ❤️) . Mais je peux aussi réagir à chaud sur des événements qui se passent dans le monde ou dans ma belle Nation qu’est la Fraaaaance (d’ailleurs j’suis con, ce matin ça allait pas du tout, j’aurais dû me rappeler que j’étais « la Nation française », mais j’ai oublié, crotte de flûte de merde !)

Bref, pour vous donner des exemples récents, ce débat stérile sur le « droit à importuner » les femmes selon certaines ou encore la récente ouverture du don de moelle osseuse aux hommes bis et homos ont fait l’objet d’articles mais ne font pas partie de ma vie personnelle (bon, en vrai je pourrais bien donner ma moelle mais on s’aime tous les deux). Ils rentrent juste dans la case assez large de mes combats de tous les jours, afin que chacun.e puisse jouir de droits universels et jouir tout court (sujet d’un article aussi, vive la polyvalence !)

Sinon, demain, vous aurez droit au deuxième chapitre sur la relation « moi hétéro-moi homo ». Et ça va concerner les années collège donc je vous raconte pas le bordel dans ma tête (non, je ne ne parle pas du bordel où des individus s’adonnent au plaisir de la chair, quoiqu’il pouvait y être dans ma tête, plus précisément dans mon subconscient).

Pour être honnête, j’étais effrayé par le fait que la longueur trop importante de mes articles vous en éloigne, et qu’ils ne vous plaisent tout simplement pas. Je vais vous faire une confidence. J’ai publié un article sur la première fois que j’ai reçu un compliment sur mon blog (d’ailleurs l’article que je vous écrit actuellement est né d’un compliment dont je remercie grandement l’auteur, qui a toujours été apte à me faire réaliser mes projets, merci à toi G.). On notera au passage qu’il est rigolo de mettre un point après un « G »… Bref ! Je voulais me confesser moi. Ahem, gorge raclée, c’est bon.

Alors que j’annonçais sur ce réseau social qui permet de montrer à quel point sa vie est palpitante, chiante ou normale mais aussi d’envoyer des photos de son pénis (je parle donc bien de Snapchat), il m’est arrivé une mésaventure qui contrebalance avec ce dont je parle dans le paragraphe précédent. En effet, l’annonce de mon projet « Ma « mère » et moi » a été reçu par un de mes followers de façon assez étrange. Je ne vous raconte pas ma réaction suite à sa réaction (bien sûr que si que je vais vous la raconter, bande de filous !). Ce dernier estimait en effet que ces articles (qui paraîtront à raison d’un par semaine, tout comme ceux sur mon homosexualité), ne « [pouvaient] pas plaire mdr ». Un peu interloqué, et conscient que ce « mdr » n’était qu’une façon d’adoucir ce message, je ne réponds pas tout de suite et relis, réfléchis au sens de ce snap. Vient l’embrouille, puis je décide de le laisser.

Mais c’est là que l’on voit à quel point s’exprimer publiquement peut amener des réactions positives tout comme des idioties sans nom (je respecte bien entendu les avis mais pas quand ils ne sont là que pour blesser). Dernier exemple et je m’arrête. Alors que je témoigne dans une vidéo YouTube du viol que j’ai subi et incite les victimes à parler et les interlocuteurs à écouter et rassurer ces dernières, un gars de ma promo à la fac ne trouve rien de mieux à dire que ma vidéo est culpabilisante car le Code Pénal n’est pas en accord avec ce que j’ai subi en détails. J’ai pleuré lorsqu’il m’a dit que cette vidéo pourrait même « blesser » de « vraies victimes de viol ». Voilà à quoi s’exprimer sans filtre peut exposer.

Mais ne comptez pas sur moi pour m’arrêter, oh non ! Au contraire, je publierai, publierai, publierai, même si je n’ai plus qu’un.e seul.e lecteur.trice, des articles plus longs :p

Je vous aime et vous embrasse ❤️ (et merci encore à G. pour l’inspiration, besos)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s